( 4 Votes )

celluliteC'est le printemps et ça décapitonne ferme dans les instituts ! l'angoisse des petites robes courtes et des bikinis booste les carnets de rendez-vous. Haro général sur la cellulite ! Endermologie, lasers, infrarouges, Tripollar : l'arsenal des technologies actuelles pour lui faire perdre du terrain. Et ... pourquoi pas un spécial coaching cellulite ! L'objectif  "corps lisse" passe aussi par la case coaching : la cellulite se combat chaque jour ...

Les femmes ont beau lire et relire des flots de magazines : avant chaque été, elles ont à nouveau besoin qu'on leur prodigue 'en direct',  conseils et encouragements, pour affronter la sournce n°1 de leurs complexes ! Un éternel recommencement assez logique puisque la cellulite est une pathologie. Si il est possible de la réduire, les causes qui l'on provoquée sont toujours là. Le capitonnage ne demande qu'à revenir si on ne se prépare pas à lui barrer la route.


 

La cellulite, c'est de la graisse ?

C'est une atteinte de la surface de la couche graisseuse occupant l'hypoderme, la partie profonde du derme. Donc, oui de la graisse ...  mais très malmenée ! à l'origine, l'organisme voulait disposer d'un carburant énergétique, stocké dans des microgéricanes : les adipocytes. Cet excès de prévoyance aboutit, malheureusement, à la cellulite. En grossissant, les cellules stockeuses cassent, à la longue, les fibres de collagène et déforment l'hypoderme. La surface de la peau prend alors cette apparence tant redoutée de peau d'orange.

Pourquoi pas les hommes ?

Parce que Dieu est un homme !!! Explication un zeste plus crédible, de la peau d'orange : une différence d'architecture entre la peau masculine et la peau féminine. Dans notre derme à nous, les fibres de collagène sont disposées en bandelettes parallèles. Tendues à bloc, elles servent de système de fixation aux adipocytes. Lorsque ceux ci gonflent, les bandelettes se rétractent et leur mouvement de recul provoquent les petites cavités caractéristiques de la cellulite. Dans le derme masculin, les fibres de collagène sont disposés dans tous les sens et assurent une surface lisse mêmes aux hommes les plus grassouillets ! Deux médecins belges, le Dr Hebran et le Dr Collignon, ont découvert, en plus, dans l'hypoderme féminin, des sortes d'encoches en "gueule de requin" qui joueraient un role dans l'aspect bosselé. En tout cas, cette découverte confime qu'il faut restructurer le derme pour réduire la peau d'orange. Plus il produira du collagènemoins la cellulite sera visible. D'où, l'efficacité lissante des machines types infra-rouges ou Tripoollar : leur énergie tranformée en chaleur dans le derme stimule sa production de collagène et fait "fondre" ses adipocytes.

orange-metre

Je veux ce traitement et pas un autre !

Une cliente exige la méthode qui a bien marché sur une de ses amies. Il va falloir lui expliquer, hélas, que toutes les cellulites ne se ressemblent pas. Au fil des ans, elles évoluent à cause des chamboulements hormonaux, régimes yoyo, sédentarité, déséquilibres alimentaires .... aqueuse, adipeuse, infiltrée, fibreuse : identifier le type de cellulite oriente le choix de la stratégie. La décision revient aux pros car on se retrouve face aux complications d'une cellulite mixte : adipo-aqueuse ou adipo-fibreuse.

La cellulite aqueuse à composante 'eau'

Cuisses molles, chevilles gonflées : elle se reconnait en un regard. La cliente se sent plus lègère en vacances ? Ses jambes sont lisses après un week-end de repose ? cette composante oedémateuse n'est pas de la rétention d'eau au sens strict du terme. Les adipocytes "bibendum" compriment les vaisseaux lymphatiques fins comme comme des cheveux et les empêchent d'évacuer le surplus de liquide tissulaire.

Techniques à privilégiercellulite_2

Drainante bien sur ! Pour les cellulites aqueuses, sans surpoids, le drainage lymphatique est tout à fait indiqué. Pas hyper tendance ? les topmodels pratiquent régulièrement ce grand classique. ! la palme va à la méthode Vodder : ses mouvements doux génèrent une aspiration qui ouvre les vaisseaux lymphatiques et leur fait emporter davantage de liquide chargé de déchets. La technique - ce n'est pas un massage - favorise la décongestion du tissu conjonctif où se prélasse la cellulite. Les toxines s'éliminent, la peau d'orange s'estompe. Parfait en cours de diète protéinée, le drainage lymphatique donne des ailes après la séance. Autres arme anti-eau : l'endermologie et le palper-rouler.

La cellulite adipeuse, à composante 'kilos'

Elle est faite de bourrelets, creux et bosses. La peau d'orange n'est pas liée au surpoids mais la graisse sous-jacente la met sous tension et la rend bien plus visible.

Techniques à privilégier

Tout d'abord, perdre du poids ! Manger moins, bouger plus et s'offrir le coup de pouce  brûle graisses des machines à ondes électromagnétiques ou infrarouges.

La cellulite infiltrée, à composante 'peau'

C'est la cellulite des minces qui se sentent mollent. Leur problème se situe en surface : le relachement de la peau. Les fibres de collagène rétractées, à l'origine des bosses, ont besoin d'être assouplies pour aplanir et régulariser l'épiderme.

Techniques à privilégier

Lasers esthétiques ressurfaçants, technologie Trippolar et machines à infrarouge longs conviennent bien à ces cellulites légères : elles lissent tout en reliftant la peau relâchée. Sous l'effet d'un "coup de chaud" ciblé dans le derme, les fibroblastes accèlérent leur production de collagène et donc de fermeté, les adipocytes s'ouvrent et se vident de leur contenu graisseux. Coté soins : priorités aux formules dopées en 'reconstructeurs ' de peau (silicium, magnésium) ou en rétinol.

La cellulite fibreuse, à composante 'circulatoire'

cellulite_4Rigide, douloureuse au toucher, sujette aux bleus : c'est souvent une cellulite ancienne. Dans une peau mature, les adipocytes sont plus nombreux et plus gros. Leurs membranes durcies compriment des tissus déjà très mal irrigués par la microcirculation sanguine ralentie. Au fur et à mesure que ça 'bouchonne', la cellulite s'indure, la peau s'amincit et accentue l'aspect boursouflé. Il faut à la fois éliminer ses lipides, casser sa fibrose tout en restructurant la peau.

Techniques à privilégier

Le 'palper-rouler' pour rompre les barrages graisseux. Les égyptiens, il y a 4000 ans, pratiquaient déjà ce vigoureux pétrissage qui resculte. Reste qu'il faut pouvoir le supporter sur une cellulite qui fait mal ... et coté esthéticienne, avoir assez de force dans les mains ! la version high tech, l'endermologie, n'a pas ces inconvénients : l'appareil, aux effets mécaniques puissants, mobilise et désinfiltes les amas de graisse sans que la séance ne tourne au suplice. Le collant porté par la cliente permet de travailler intensément et sans douleur. Avec plus de 10 ans de recul, la technique confirme son statut de valeur sûre et approuvée ! Elle désinfiltre, lisse et affine en faisant affluer massivement sang et oxygène dans les tissus cellulitiques. Sa réputation de performance sur l'élimination du capiton n'est plus à faire : des chirurgiens esthétiques la conseillent après une liposuccion pour applanir les effets de vague. Vu que les clientes deviennent facilement accrocs quand elles constatent les bénéfices sur la tonicité de leur peau et de leur silhouette, c'est un investissement garanti ...

Voilà maintenant, vous savez tout ... de votre cellulite !!  ... si elle est adipeuse, fibreuse, aqueuse ou infiltré !! Sympa ce caoch pour faire disparaitre sa cellulite !!! Oui ... mais comme tout coach ou n'importe qu'elle autre technique, le coaching cellulite n'a jamais disparaitre de cellulite !!! Eh oui, c'est gràce à cotre travail qu'elle disparaitra ... et comment ? ... et ben ! en lisant l'article suivant ... le régime anti-capiton !

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir